Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Les lectures de pasdel

Les lectures de pasdel

Mes lectures, mes coups de coeur, mes humeurs... voici ce que vous retrouverez dans mon blog.


L'écrit de l'éternité d'or

Publié par leslecturesdepasdel sur 1 Août 2013, 20:45pm

Catégories : #Etats-Unis

De Jack Kerouac

Editions La différence

 

http://images.empreintesduweb.com/vignette/1375382827.jpg

 

 

Quatrième de couverture: « Nous savons comment, encouragé par le poète Gary Snyder, Kerouac écrivit ce sutra, imité des sutras bouddhiques traditionnels, les “textes sacrés” fondamentaux qui subliment le mental de l’auditeur ou du lecteur en lui faisant “voir” littéralement ce qu’il est. Le “message” de ce texte essentiel, à partir duquel on peut relire tout Kerouac, ressemble à une exhortation ; c’est l’écriture qui guérit de la douleur de vivre, pourvu que l’on s’y consacre entièrement. La frénésie qui dévora Kerouac ne se trouvait pas ailleurs. Il a souffert et il est mort d’avoir vendu son âme en gagnant beaucoup d’argent et de gloire avec Sur la route, se détournant ainsi de sa vraie vocation, de sa sainteté personnelle. »
Raphaël Sorin, Le Monde.

 

 

  Il s’agit d’un texte court et méconnu de Kerouac, soixante-six scansions de quelques lignes seulement. Kerouac découvrit le bouddhisme sous l’influence de Ginsberg. Le présent texte se situe en plein apogée de cette période mystique, puisque peu de temps après, il retournera dans le giron du christianisme avec qui il n’a jamais réellement rompu. Ces sutras seraient en partie dus à l’incitation de Snyder.

 

  Ces sutras sont la retranscription d’une illumination, d’une révélation qu’aurait eue Kerouac. Pour les écrire, Kerouac pris donc le temps de travailler son texte, abandonnant l’écriture spontanée. On retrouve pêle-mêle la description de l’harmonie de l’univers, du vide, de l’unité et de son indivision. Des textes qui en disent long sur cette période bouddhique, où Kerouac semblait libéré.

 

  La preuve : « 45- Quand vous aurez compris cet écrit, jetez-le. Si vous ne comprenez pas cet écrit, jetez-le. J’exige que vous soyez libre. »

  Désolé, mais je n’ai pu tenir cet engagement, je ne suis pas certain que mes bibliothécaires auraient appréciés.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

le Bison 04/08/2013 22:05


Finalement, je n'ai pas jeté l'ordinateur, suite à ta chronique. J'ai pas pu. Je ne suis pas encore détaché de ce monde matériel. J'ai encore à apprendre beaucoup du bouddhisme et de ce Kerouac.

leslecturesdepasdel 05/08/2013 08:31



Sage résolution



Archives

Nous sommes sociaux !