Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 Les lectures de pasdel

Les lectures de pasdel

Mes lectures, mes coups de coeur, mes humeurs... voici ce que vous retrouverez dans mon blog.


Trilogie de Yasmina Khadra

Publié par leslecturesdepasdel sur 27 Mai 2012, 13:44pm

Catégories : #Mes coups de coeur

hirondelles.jpgL-attentat.jpgLes-sirenes.jpg

 

Cette trilogie regroupe les trois ouvrages suivants: Les hirondelles de Kaboul, L'attentat et Les sirènes de Bagdad.

 

Les hirondelles de Kaboul

 

Premier volume de la trilogie consacrée au rapport entre l'orient et l'Occident, Les hirondelles de Kaboul tente, par le biais d'un jeune couple afghan et d'un gardien de prison de démêler la montée de l'islamisme.

Un livre tout en poésie qui traite pourtant de plusieurs sujets graves.

Les personnages sont, comme souvent avec Khadra, finement ciselés. On s'engouffre dans leurs tiraillements, leurs doutes, leurs colères et leurs interrogations.

 

Un hymne à la femme et à sa condition, mais également à la liberté, liberté entravée au nom d'une idéologie.

Dans cette Kaboul en ruine, Kadhra nous fait un inventaire des fantômes qui déambulent dans cette capitale afghane. Les plaies sont autant humaines que matérielles. Cette haine et cette violence quotidiennes marquent nos quatre héros dans leur chair.

 

Un livre poignant, un livre plein d'enseignement empreint de tolérance, de courage et d'amour.

 

Un livre et un auteur à découvrir.

 

L'attentat

 

Deuxième volet de la trilogie Orient-Occident.

 

Yasmina Khadra nous emmène ici dans un second foyer de l'islamisme, la Palestine.

 

Par l'entremise d'un médecin palestinien parfaitement intégré dans la société de Tel-Aviv, l'auteur mène l'enquête dans les réseaux terroristes dans les entrailles des territoires occupés.

L'investigation, qui est par ailleurs également une quête identitaire, va entraîner Amine au cœur de ses racines, de ses traditions, de l'Islam.

 

L'attentat est beaucoup plus violent que Les hirondelles de Kaboul tant au niveau physique que moral. Avec un sujet aussi engagé, l'auteur réussi le tour de force de ne pas juger, de laisser le libre arbitre au lecteur.

 

Comme pour Les hirondelles de Kaboul, les personnages sont travaillés, fignolés: Amine, homme tourmenté qui sombre dans un abîme identitaire dont il ne sortira pas vainqueur, ou encore tous ces personnages secondaires qui ne feront qu'accroître ses doutes, ses incertitudes. À force de chercher la vérité, Amine va plonger au plus profond de lui, sans véritablement comprendre les raisons.

 

Un livre tiré au cordeau qui se contente de décrire sans entrer en profondeur dans les réseaux et les explications complexes de ces conflits opaques.

 

Les Sirènes de Bagdad

 

Dernier volet de la trilogie

 

Yasmina Khadra nous fait voyager cette fois-ci aux confins du désert iraquien, dans une petite bourgade paisible où l'on débat politique le soir au café. Kafr Karam, loin de l'occupation américaine, loin du tapage de Bagdad, et pourtant un jour l'improbable arrive un soir. Un raid éclair des soldats américains va à jamais transformer la vie de notre jeune narrateur.

 

Certainement le livre le plus intimiste de cette trilogie, Les sirènes de Bagdad décrivent le lent cheminement d'un bédouin vers le terrorisme humain. Chute en douceur avec de perpétuelles remises en question, mais qui inexorablement doit l'entraîner vers cet acte final que le lecteur attend. Cette introspection nous mènera de Bagdad à Beyrouth, dans ces milieux terroristes où l'on forge les futurs martyrs de la Révolution islamiste, mais aussi dans ces lieux où l'on fourbi ses armes contre l'Occident.

 

Les sirènes de Bagdad est le seul ouvrage de la trilogie à parler directement de l'Occident, de sa politique vis-à-vis de l'Islam et de ses pratiquants, à dénoncer le clivage et le manque de compréhension des occidentaux à l'égard de l'Orient. On sent les tensions, le fossé au travers des chapitres qui se déroulent à Bagdad notamment.

 

Un roman où l'on prend le temps de la méditation, de la maturation, un peu comme le narrateur qui se recueille longuement avant de se décider.

 

Une fin lourde de menaces mais qui présager également une lueur d'espoir.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !